Scofa une patisserie fabriquée par les soeurs du Carmel de Lisieux
 

 

Des Carmélites du XXIe siècle connectées au monde

 

La prieure du carmel de Lisieux, explique comment, en vivant au sein du monastère, les sœurs restent connectées au monde.

Pas simple d'être une communauté de moniales en plein centre-ville. Pour autant, les sœurs ne vivent pas dans un camp retranché et participent à la vie lexovienne. « Nous sommes un ordre de contemplatives et nous devons faire très attention de ne pas être happées par les sollicitations extérieures. Nous avons de longs temps de prière et d'oraison. En dehors de cela, il peut nous arriver de sortir, par exemple pour aller chez le médecin ou pour des courses inévitables.»

 

Communauté très privilégiée, car ayant plusieurs novices, la sœur supérieure sait combien c'est une chance de susciter des vocations. « La vie de la communauté a bien changé depuis que je suis entrée il y a 18 ans. C'est important cette jeunesse, cette dynamique qui nous pousse. Elle nous confronte à la réalité. Il y a quelque chose d'intéressant à être comme nous sur le fil, dans le recueillement et la prière tout en travaillant et en étant à l'écoute du monde. Les jeunes qui viennent chez nous arrivent de l'époque d'où elles sont. »

 

À Lisieux, la présence des sœurs carmélites passe par la liturgie pour les offices et les messes chantées en commun avec les fidèles, puisque depuis la rénovation de la chapelle elles se sont installées dans le sanctuaire... Parfois elles rencontrent des groupes de jeunes.« Cette rencontre avec une religieuse est un moment qui peut marquer pour la vie.»

 

Vêpres chantées, dans la chapelle du Carmel, à 18h.

 

 

 

> >